Les œuvres de 2006-2007 sont le fruit de deux expérimentations principales.
La première est le développement d’un vocabulaire autour de l’art urbain (techniques du transfert, pochoir et aérosol).
La seconde, celle qui va permettre à l’artiste d’évoluer est la technique d’accumulation de matériaux issus de notre quotidien (papiers, cartons) et industriels (métal, plastique, goudron, béton). Chaque œuvre est rayée par une projection de peinture (dripping) qui dans l’idée permet à l’ensemble de sortir du cadre, de se prolonger sur les murs qui l’entourent.